BIENVENUE DANS LE MASSIF DU VERCORS !

Du 23 au au 26 mai, j'ai arpenté le massif montagneux préalpin : le Vercors. En quête avant tout de nouveaux clichés de photographie animalière, j'ai profité de chaque moment comme si c'était le dernier. Paysages à couper le souffle, coucher de soleil incroyable, rencontres formidables... entre réserve et parc naturels, je vous emmène revivre ces moments inoubliables que j'ai vécu le mois dernier !


JOUR 1 : LES HAUTS-PLATEAUX DU VERCORS

Après une deuxième nuit dans la voiture aménagée de mes beaux-parents, la randonnée débute vers les Hauts Plateaux du Vercors. Au programme deux jours de marche, avec un bivouac en pleine nature... le rêve absolu ! Avec l'hiver et les conditions météorologiques, je n'avais pas bivouaqué depuis un long moment, j'avais hâte de pouvoir en refaire pour avoir les meilleures lumières et être témoin de scènes absolument incroyable. J'étais loin de m'imaginer ce que j'allais voir le soir-même !


Les prairies de haute altitude étaient jonchées de Renoncules de Küpfer (Ranunculus kuepferi), une magnifique petite fleur blanche ! De quoi s'amuser en créant des bokeh perlés de blanc, face à des paysages spectaculaires. Le Vercors étant un massif calcaire, c'était également le royaume des orchidées en tout genre ! Je suis une fan incontournable de ce genre de fleur, cultivées et sauvages, alors j'étais particulièrement aux anges. D'autant plus que j'ai pu découvrir des orchidées que je n'avais jamais vu auparavant, j'étais tout aussi excitée que lorsque je vois une nouvelle espèce d'oiseau !


Comme à chaque randonnée, j'ai profité des pauses pour faire quelques poses de yoga. Je l'ai dit à plusieurs reprises sur mon compte Instagram mais faire de l'Ashtanga en pleine nature face à des paysages somptueux... c'est digne d'une thérapie anti-stress. Je peux coupler mes deux passions : la randonnée et le yoga, et c'est vraiment super chouette. Rien de mieux pour décompresser, s'étirer pendant les pauses et mettre ses pensées en mode "OFF".

Qui dit Vercors, dit... Grand Veymont ! Point culminant du massif, haut de 2 341m d'altitude. Ces imposantes falaises calcaires abritent des Bouquetins des Alpes (Capra ibex), animal emblématique des massifs alpins et pré-alpins mais également d'autres espèces comme le Lagopède alpin (Lagopus muta), le Chocard à bec jaune (Pyrrhocorax graculus), le Chamois (Rupicapra rupicapra), Gypaète barbu (Gypaetus barbatus), Tichodrome échelette (Tichodroma muraria) etc.

 

PS : Attention, bien que le Bouquetin des Alpes est un animal non craintif, cela ne veut pas dire qu'il faut agir n'importe comment... ne pas oublier que cela reste un animal sauvage, et bien qu'il tolère assez bien les humains : on doit garder une certaine distance et éviter de les "pourchasser" juste pour avoir une image. Oui, cette situation est arrivée dans le Vercors devant mes yeux ! Un couple a encerclé une harde de bouquetins en les faisant déplacer là où ils voulaient simplement pour avoir une photo... à tel point que toute la harde est partie, dérangée, et les mâles n'hésitaient pas à montrer leur mécontentement en sifflant ou tapant du pieds. Alors par respect pour eux, et sécurité pour vous, on évite de faire comme eux ! :-)

 

Nous posons la tente pour alléger notre sac puis nous montons en direction du Grand Veymont ! Par manque de temps, nous n'avons pas pu aller jusqu'au pic mais la vue depuis le Rocher du Prayet (après le Pas des Chattons) était tout simplement incroyable... sur le chemin, nous avons croisé la route de magnifiques Marmottes des Alpes (Marmota marmota) qui nous ont offert un super spectacle dans les Renoncules de Küpfer.


À cette heure-ci, la montagne se vide des randonneurs de passage. C'était particulièrement agréable de retrouver les bruits de la nature sans ceux de la civilisation qui m'accompagnent jour et nuit à Perpignan. Il n'y avait que le chant des Chocards à bec jaune, le sifflement des Marmottes des Alpes... c'était magique. Faire des randonnées sur plusieurs jours, en faisant des bivouacs ou en dormant dans des refuges laissent des souvenirs tout simplement exceptionnels !

Après avoir dépassé le Pas des Chattons, où quelques traces de l'hiver persistaient à l'ombre, une vue grandiose sur l'Isère m'attendait. Villages, plaines mais également l'incontournable Mont Aiguille : ce pic à la forme si particulière de "dent, qui est l'une des sept merveilles du Dauphiné* ! Ce sommet est faisable uniquement en alpinisme, avec de bonnes bases d'escalade :


↠ Face nord-ouest :

  • "Voie Normale" : peu difficile (3c, 3b obligatoire) ;

  • "Tour des Gémeaux" : difficile (5c>5b) ;

  • Autres voies : très difficile à extrêmement difficile.

↠ Face nord-est :

  • Itinéraire dangereux : partie très instable bien qu'elle ait été équipée de voies jusqu'en 1950. Son effondrement a même entrainé la croix sommitale.


↠ Face sud-ouest :

  • Trois voies : TD (6a-6c).

↠ Face sud-est :

  • "Voie du 29 mai" : TD- (A1/5b)

 

* Sept merveilles du Dauphiné : curiosités naturelles de la géologie alpine ou des constructions anciennes marquantes. Toutes sont situées dans le département français de l'Isère, issu en 1790 de l'ancienne Province du Dauphiné.

 

D'autres randonneurs ont choisi également la solution du bivouac, 5 tentes étaient visible sur les hauteurs du Pas des Chattons : un coucher et un lever de soleil incroyable devait les attendre ! Mais sans regret pour nous, car nous étions à l'abri du vent et personne d'autres étaient venus dormir proche de nous. Nous avons passé pas loin d'une heure à contempler le paysage, à prévenir nos proches que nous allions bien avec Arnaud : aucun réseau depuis la veille (ce qui n'est en aucun cas un problème), nos mamans étaient inquiètes de ne pas savoir si nous étions bien arrivés et si la randonnée se passait bien...


Descente tranquille jusqu'à la tente, pour pouvoir manger et dormir tôt. Le paysage qui était dos à nous à l'aller apparaissait devant nos yeux, le retour était tout aussi incroyable que la montée... voilà l'une des raisons pour expliquer mon amour pour la randonnée : les paysages variés et spectaculaires à chaque sortie ! Sans parler des beautés que la nature nous offre entre la faune et la flore...

Arrivés à la tente, toute la prairie face à nous se teintait d'une couleur dorée incroyable. Cette sublime lumière nous a accompagné durant tout le repas. Au départ, le coucher de soleil ne promettait pas d'être très flamboyant... j'étais en train de ranger mes affaires pour aller dans la tente quand soudain une lumière rose-rouge enflamma les Hauts Plateaux : durant 15 minutes, un coucher de soleil tout simplement INCROYABLE a illuminé cette douce soirée printanière. Je n'exagère en rien en proclamant que c'était le plus beau coucher de soleil de toute ma vie. Il était tout bonnement extraordinaire, alors imaginez une séance de yoga face au Grand Veymont entièrement rouge et une lumière absolument divine ? Oui, c'était la plus belle séance de yoga de tous les temps.


Après avoir profité de ce spectacle inouï, la nuit tombe et il est temps pour nous de rejoindre les bras de Morphée. Une nuit au frais, mais une très belle et bonne nuit dans la nature sauvage du massif du Vercors...

Réveil face au géant, descente tranquille jusqu'au parking où nous avions laissé la voiture. Sur le chemin du retour, je continuais d'en prendre plein la vue des paysages... c'est vraiment un endroit extraordinaire, le Vercors. Je compte bien y revenir, cette fois-ci en ski de randonnée, à la fin de l'hiver. Quoi de mieux pour retourner dans un secteur, que d'y aller à une période totalement différente ? Je suis certaine de rentrer à nouveau émerveillée de ce massif la prochaine fois...


Passage sur Die, pour acheter des bouteilles de vin à Jaillance ainsi que quelques spécialités locales d'Ardèche (après tout, nous ne sommes pas loin !) et de la Drôme à savoir : une bière rousse Markus, du miel du Mont Aiguille, des guimauves aux fruits, des nougats de Montéliar, du confit de Gentiane Jaune et de Rose sauvage. Pour nous et pour nos proches, tout a été un franc succès !

Nous avons rejoins notre Airbnb en Isère cette fois-ci, où j'ai profité de la baignoire pour prendre un bon bain chaud. J'ai beau en avoir une chez moi aussi, je privilégie un maximum les douches pour l'écologie. Mais j'avoue qu'après 2 jours de randonnée, c'était particulièrement agréable !


Le soir nous avons profité du Nuances de Muscat de Jaillance, bouteille achetée quelques heures avant à Die, ainsi que des chips Bret's Pesto-Mozzarella (particulièrement bonne d'ailleurs). Cette marque bretonne font des chips absolument délicieuses, je vous les recommande 100 fois ! Et ce n'est pas un partenariat... :-)


JOUR 2 : PAS DE L'AIGUILLE

Nouvelle randonnée ! Cette fois-ci au départ de Chichilianne où le sentier était entre forêt et piémont de falaises... pas très rassurant quand des étagnes font tomber des blocs en passant au dessus de nous. D'ailleurs, sur le retour, plusieurs énormes blocs étaient tombés entre temps. Il faut éviter de s'arrêter à ces endroits et ne pas traîner... ;-) Encore une fois les paysages étaient somptueux. Nouvel angle de vue sur le Mont Aiguille, où des Bouquetins se prélassaient au soleil ! Là c'est sûr, ils étaient tranquilles... j'ai passé quelques minutes à les observe aux jumelles, très amusée. Ça c'est sûr, ils ne craignent pas le vertige !


Après être arrivés au Pas de l'Aiguille, et avoir profité de la vue splendide au niveau de La Croix, nous avons trouvé un endroit pour manger à 1h de marche devant des plaines particulièrement magnifiques. Un air de Norvège apparaissait devant nous... le vent glacial nous a fait manger relativement rapidement, ce qui nous a permis de passer toute l'après-midi aux côtés des Bouquetins des Alpes qui faisaient la sieste après manger. Quel moment !

J'ai pu voir pour la première fois la fameuse Gentiane des Alpes (Gentiana alpina), d'une magnifique couleur bleutée, entre deux rochers. Les paysages isérois sont vraiment sublimes, surtout quand le roi des Alpes fait l'honneur de passer devant le Mont Aiguille... malheureusement ce moment a été écourté par l'arrivée de 3 Mirages, dont un est passé particulièrement bas et à l'envers. Ce dernier a effrayé toute la harde de bouquetins, nous a fait particulièrement mal aux oreilles, et nous a mis en danger. Je vous expliquais plus haut qu'il fallait garder une distance de sécurité, pensez que nous étions assez loin à leur passage et que la harde a failli nous foncer dessus à 2 reprises. Imaginez si vous étiez trop proche d'un énorme mâle à ce moment-là, un coup de corne par peur d'un individu de 70kg est loin de faire du bien ! À la descente, nous avons été témoin d'une scène malheureusement courante que je vous expliquais plus haut : le couple qui déplaçait la harde, comme des moutons, pour les prendre en photo à leur guise. Ce comportement est irresponsable, irrespectueux et peut-être dangereux. Je vous le redis, ce n'est pas à reproduire ! Être photographe animalier ne s'improvise pas, même pour des espèces peu craintives.

Après avoir terminée la randonnée, et rejoint la voiture, nous sommes rentrés à Gresse-en-Vercors : charmant petit village où nous logions. Au dernier moment, on a eu l'idée d'aller profiter du coucher de soleil tout en haut du village en buvant un thé Twinings (célèbre marque de thé que j'affectionne particulièrement, je bois quasiment que cette marque !). Il n'était pas si incroyable que celui sur les Hauts Plateaux mais voir le Mont Aiguille teinté légèrement de rose jusqu'à s'éteindre était particulièrement apaisant. C'était notre dernière nuit en logement, toutes nos affaires étaient prêtes pour partir dans les Baronnies Provençales le lendemain.


JOUR 3 : DÉPART DE L'ISÈRE

Le matin, nous sommes montés au même point de vue que la veille cette fois-ci pour admirer le lever de soleil sur les crêtes des Alpes : Dévoluy, Écrins... c'était vraiment magnifique ! Retour à notre logement pour un brin de ménage et ranger nos affaires. Une fois tout cela terminé, nous avons profité d'une petite supérette à deux pas du Airbnb pour acheter des fruits et légumes, du fromage, pain et cadeaux artisanaux : le tout local, made in Vercors ! Puis direction Die pour manger et profiter d'une bonne bière dans la rivière, aux côtés d'un ami photographe animalier : Luca Melcarne.


Chouette moment partagé ensemble, pour ensuite prendre la route dans la Drôme Provençale pour découvrir les Baronnies...

 

Suivez-moi sur les réseaux !


> Facebook : www.facebook.com/caprapyrenaica.blog


> Instagram : www.instagram.com/caprapyrenaica


> Twitter : https://twitter.com/capra_pyrenaica