MON COMING-OUT : UN PASSAGE TRÈS IMPORTANT DANS MA VIE

Aujourd'hui sur le blog je vais aborder un événement crucial dans ma vie qui m'a permis d'avancer : mon coming-out. J'ai longuement hésité avant d'écrire cet article, par peur d'avoir une vague d'homophobie mais je trouve qu'il est important d'en parler et d'essayer de passer au-delà des peurs pour briser les tabous.


QU'EST-CE QU'UN COMING OUT ?

Le terme coming out provient de l'expression coming out of the closet (parfois francisé "sortir du placard"). Il s'agit d'une annonce - volontaire - d'une orientation sexuelle, d'une identité de genre ou une variation naturelle du corps. Par extension, le coming out peut désigner n'importe quel annonce publique de toute caractéristique personnelle, qui a été gardée pour soi par peur du rejet ou simplement par discrétion (appartenance à une religion, opinions politiques, une profession jugée honteuse ou tenue au secret...). Ici on va s'intéresser à celui d'une orientation sexuelle, autre que l'hétérosexualité donc.


Le coming out peut se faire à n'importe qui : familles, amis, collègues de travail... Certain.e.s le vivent très bien et n'ont absolument aucune crainte à le faire, d'autres ont besoin d'un travail psychologique énorme pour enfin trouver le courage d'en parler par peur du rejet ou de la discrimination que cela peut engendrer, ou simplement par discrétion. Il est important d'être à l'écoute et ne pas prendre à la légère le coming out d'une personne voire même de l'aider à le faire. Ce n'est pas non plus une obligation mais il vise à se sentir mieux dans sa tête vis-à-vis de ses proches ou collègues.

Lorsqu'une personne prend conscience de son orientation sexuelle, parfois très tard, cela peut être une véritable délivrance. Elle comprend enfin pourquoi elle réagissait comme-ci ou comme ça. Pour certain.e.s c'est une véritable souffrance, qui vaut parfois une période de déni avant d'accepter cette caractéristique. Les persécutions homophobes (et transphobes même si on ne va pas en parler ici) ne facilitent en rien la tâche. Voilà pourquoi faire un coming-out n'est pas forcément facile pour tout le monde. Dans l'histoire, le coming out a été imaginé comme un moyen d’émancipation par Karl Heinrich Ulrichs en 1869 (défenseur allemand des droits des homosexuels). Il a réalisé que cacher son orientation était un véritable obstacle pour tenter de changer l'opinion publique, il a donc recommandé aux homosexuel.le.s de faire leur coming-out et assumer leur sexualité ouvertement.


> DÉFINITIONS DE TERME EN RAPPORT AVEC LE COMING-OUT :

  • Être in : signifie que des personnes qui se définissent LGBTQ+ (homosexuelles, bisexuelles, transexuelles, queers, asexuelles, intersexes, non binaires) ne l'annoncent pas (peur du rejet, peur de la discrimination, par discrétion...).

  • Être out : désigne une personne qui ne va pas cacher son orientation sexuelle, ou son identité de genre.

  • Être outé : représente une personne qui a vu son orientation sexuelle ou son identité de genre rendues publiques sans son consentement voire même contre sa volonté.


MON COMING-OUT : MON EXPÉRIENCE ET MES CRAINTES

Je me suis posée des questions sur ma sexualité depuis mon adolescence. Ce n'est que très récemment, après avoir découvert la musique "Amour censure" de Hoshi (à écouter ici) que j'ai eu le déclic sur mon orientation : je n'étais pas hétérosexuelle comme je le croyais, mais bel et bien bisexuelle. J'ai déjà eu des signes avant-coureur : mon premier bisou en primaire était avec une fille, j'ai eu quelques "amoureuses" mais à cet âge-là, je n'avais pas conscience des différentes sexualités. Étant adolescente (et encore aujourd'hui donc) il m'arrivait de ressentir de l'attirance pour d'autres filles, voir même être amoureuse sans trop que je comprenne pourquoi à ce moment-là.


Lorsque j'ai enfin découvert ma sexualité, j'ai attendu quelques temps d'être sûre et certaine avant de l'annoncer à mes proches. Quand j'ai pris conscience pleinement de ce changement dans ma vie, qui m'a permis de me libérer d'un grand poids, j'ai donc fait mon coming-out à mes proches : pas tous non plus, car je ne ressens pas le besoin d'en parler forcément à certains membres de ma famille (peut-être plus tard). Avant de l'annoncer à mes amis, ma mère et mon chéri, j'avais forcément certaines craintes : peur d'être rejetée par mes amis ou avoir des réflexions homophobes, peur que mon chéri ne comprenne pas ou ait des craintes sur le fait que je voudrais tester avec une fille (ce qui n'est pas le cas), peur d'avoir des "tu es trop jeune pour comprendre" ou je ne sais quoi. J'ai eu la chance que tout le monde soit compréhensif, bienveillant voire même vouloir fêter ça (Lucas si tu passes par là, j'attends toujours que l'on boive un verre à mon coming-out !).

M'être ouverte à mes proches sur mon orientation sexuelle, bien que ça ne change pas grand chose à leur vie, m'a permis d'avoir un peu plus confiance en moi et accepter pleinement mon orientation. Il y a eu également une rencontre, celle de Vincent, qui est rentré dans ma vie peu de temps après avoir fait mon coming-out et qui m'a permis avec la joie, la bonne humeur et une bonne dose d'humour, s'assumer complètement (notamment en public) le fait que je sois bisexuelle. Alors si tu passes par là, merci pour tout ce que tu as pu faire et naître en moi ! J'ai également pu aider ma meilleure amie, Charly, a mettre la main sur toutes ces interrogations et comprendre qu'elle était également bisexuelle et donc faire son coming-out vis-à-vis de ses proches.


Bien que ça ne change pas grand chose car nous sommes toutes les deux en couple avec un homme, cela fait partie de notre identité : tout le monde nous pensait hétérosexuelles car nous étions justement avec un homme et annoncer autour de nous qu'en réalité nous sommes bisexuelles, permet à de briser ce "cliché hétéronormé". Autour de moi, certaines personnes s'en sont même intéressées et ont découvert qu'ils connaissaient bien plus de LGBTQ+ qu'ils ne pensaient. N'oubliez-pas, comme le dit Hoshi dans sa chanson, "il n'y a pas d'amour censure, mais que de l'amour sincère".

 

Suivez-moi sur les réseaux !


> Facebook : www.facebook.com/caprapyrenaica.blog


> Instagram : www.instagram.com/caprapyrenaica


> Twitter : https://twitter.com/capra_pyrenaica